En Russie, certains utilisent des sangsues dans les traitements médicaux

Les Russes sont nombreux à se tourner vers les traitement par sangsues pour soigner une myriade de maladies. Une tendance qui se confirme également à travers le monde, puisque ces invertébrés permettent notamment d’améliorer la circulation du sang.

1Incroyable ?

Les ordonnances de médecins sont toujours tapissées de médicaments aux noms invraisemblablement compliqués. Dans les listes de prescription médicales russes, on trouve désormais un nouveau traitement : les sangsues, ces animaux visqueux et rampants. Chaque année, environ dix millions de ces invertébrés suceurs de sangs sont prescrits par les médecins russes, en guise d’alternative abordable aux anticoagulants, rapporte le New York Times.

La crise économique qui frappe le pays – due en partie à la chute des prix du baril de pétrole, elle-même étant la conséquence de sanctions internationales et de dépenses militaires – affecte particulièrement le secteur médical. Selon les médecins, les sangsues seraient, grâce à leur venin, un excellent traitement préventif contre les arrêts cardiaques et les maladies du coeur. Et à petit prix.

« Sa salive contient des substances anticoagulantes, antalgiques et cicatrisantes »

« La première fois, vous vous dites : ‘Mon dieu, des sansgues !' », raconte Elena Kalinicheva au New York Times. Hospitalisée au centre médical de Moscou, elle a choisi de recourir à un traitement par sangsues le temps d’une semaine pour traiter son mal de dos. « Une fois que vous essayez, vous comprenez qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter », promet-elle.

Très concrètement, la sangsue mord et injecte dans la peau sa salive, contenant des substances anticoagulantes mais aussi antalgiques et cicatrisantes. L’un des traitements les plus courants en Russie consiste ainsi à lâcher entre trois et huit de ces petits vers voraces sur l’épiderme. Ils viennent mordre et injecter leur venin pendant trente à quarante minutes. À l’issue de la séance, les sangsues rassasiées se détachent d’elles-mêmes.
Liens commerciaux :

Back
SHARE